Polvere

Stadttheater, Winterthur, 5.10.2018

La Cenerentola de Gioachino Rossini, donnée par le TOBS, Théâtre-Opéra Bienne/Soleure en déplacement.

C’était une Cenerentola avec une mise en scène originale pour ce conte de fée que quasi tout le monde connaît dans l’une ou l’autre version. Rossini avait choisi une constellation un peu différent des contes de fées classiques pour cet “opera buffa” : un beau-père avec deux impossibles demi-soeurs qui tracassent la fille orphéline et mal-aimée, le prince en recherche d’une épouse se déguise en serveur et son serveur joue au prince. Le soulier s’est transformé en bracelet donné en gage au prince lors du bal qui pouvait être songe ou réalité, à souhait et à l’imagination du spectateur.

La particularité de cette soirée était que le soliste qui fait le serveur n’avait pas de voix, a joué à coeur joie son rôle en mimant du “playback” et fut remplacé au pied levé par un chanteur professionnel ayant déjà joué ce rôle moultes fois, y compris au TOBS, dans le passé.

Le cadre de l’opéra est une laverie italienne en 1956, les costumes en conséquence, la Cenerentola en chemise bleue à points blanches et jupe blanche, une pure pub pour des habits simples et en même temps de proprété, les soeurs en robes vertes et le papa en pull et pantalon, tel l’italien chic et aisé. Beaucoup de petits détails qui ont fait le charme de la mise-en-scène et ont permi des libertés rigolottes, avec bien sûr la poudre qui ne fait pas que laver, bien sûr aussi celle qui fait des rêves ou peut-être cauchemars. Les machines à laver ont bien moussées, les choristes se sont éclatés dans les éléments fantastiques, et les solistes nous ont fait plaisir.

En me rappelant ces scènes, couleurs et le déroulement plein d’action et le chant, je réalise que les costumes et les particularités de cet opéra, ont remis la musique un peu dans l’arrière plan pour moi. Ce n’était pas du tout le cas dans le moment vécu, mais ce qui est resté dans ma mémoire sont plutôt les éléments visuels et d’action.

En résumé, j’ai passée une très chouette soirée, un beau moment, j’étais une fois de plus transportée ailleurs, la musique est plaisante au point que je pourrais retourner voir cet opéra une autre fois sans autre. On verra si l’occasion se créera.

Author: a bit of everything and beyond

music lover with no aspiration to be a critique, but who gave in to a need to vent a bit online and who decided to do that on one of my hobbies, after a particularly intense concert

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s